23/03/2012

Robe Cléopâtre par Mathilde #44


Mathilde a bravé le froid pour vous présenter la dernière réalisation "made by 6".

Il s'agit d'une robe à encolure passepoilée, sur le même principe que la robe #02.
Elle est réalisée en jersey de coton bleu, doux et confortable.
Les touches dorées et le plastron lui ont donné son nom de "Robe Cléopâtre"
C'est un patron personnel.


Un mot sur le shooting photo

Chouette sortie sur l'île St-Louis, en compagnie de Mathilde, qui a trouvé
les chaussures parfaitement adaptées à la tenue !

La météo n'était pas vraiment avec nous mais nous en avons tiré parti :
lumière uniforme et tamisée et vent dans les cheveux pour une atmosphère de bord de Seine.

Merci Mathilde :)

Photos: 6© / Modèle: Mathilde

19/03/2012

Short de nuit #43

Short de nuit en coton rayé, élastiqué à la taille,
noeud en ruban de sergé écru et lignes de côté en dentelle de grand-mère

Patron : Modèle n°114 Burda mars 2012

Photos : 6©

16/03/2012

Inspiration : Jean-Paul Goude

Jusqu'au 18 mars 2012, le Musée des Arts Décoratifs présente la première rétrospective de Jean-Paul Goude à Paris. L'occasion de (re)découvrir un homme de talent.



Jean-Paul Goude est un « faiseur d'images » investissant aussi bien le champs du dessin, de l'affiche, de la photographie, du cinéma, ou encore de l'événementiel. Possédant le désir d'aller à contre-courant des tendances et loin des stéréotypes consensuels, il a imposé son univers, en se montrant tout à fait précurseur.

***

Jean-Paul Goude est né en 1940, d'une mère américaine et d'un père français. Après avoir fait les Arts Déco, il débute sa carrière en 1964 comme illustrateur pour la presse de mode et la publicité.
Il réalise alors la fresque des "Minets" pour les magasins Le Printemps.

A partir de 1970, il devient directeur artistique du Magazine Esquire à New York pendant une dizaine d'années. Il est alors manager de la chanteuse Grace Jones, qui deviendra son égérie et sa compagne.

Durant ces années new-yorkaises, il développe la technique de la « french correction ».
Celle-ci consiste à découper une photo en bandes et les éloigner de quelques millimètres pour aggrandir certaines parties. Parfois, il repeint ensuite les interstices sur le négatif. Du photoshop avant l'heure !
Cette technique a fortement influencé l'esthétique du dessin de mode,
avec ces jambes invraisemblablement allongées.


Technique de la "French Correction"

A son retour en France dans les années 80, il signe de nombreuses campagnes publicitaires notamment

pour Chanel, Kodak ou encore Perrier.  Ces affiches et spot marqueront les esprits, de même que le grandiose défilé 
multi-ethnique 
imaginé pour le bicentenaire de la Révolution le 14 juillet 1989.
Depuis 2001, il réalise les publicités pour les Galeries Lafayettes, 
mettant en scène Laetitia Casta et d'autres modèles.


Croquis pour le défilé du bicentenaire de la Révolution
L'oeuvre de Jean-Paul Goude est donc extrêmement riche, et a profondément influencé l'esthétique des dernières décennies. En proposant une vision décalée, toujours pleine de créativité et avec un talent
certain, il a su s'emparer de plusieurs médias et imposer son univers artistique.


Un mot sur l'expo

La direction de cette rétrospective a été assurée par Jean-Paul Goude lui-même.
Il lui a donné le nom de "Goudemalion", néologisme basé sur le Pygmalion employé par Edgar Morin.

"Le Pygmalion légendaire était un roi de Chypre qui sculpta une statue à laquelle Aphrodite donna vie, puis épousa cette créature. Goudemalion, lui, sculpte une statue à partir de la femme qu’il épouse.
Mais il n’en fait pas une statue de pierre, il en fait plus qu’une statue de chair douée d’âme,
il en fait un être mythique où se transfigure la substance vivante, sans cesser d’être vivante,
en créature de rêve et de légende".


Grace Jones photographiée par Jean-Paul Goude

Il explique dans une vidéo qu'il a voulu investir le lieu des Arts Décoratifs tel qu'il était,
sans modifier la perception de l'espace par des cimaises. Il l'a donc imaginé comme un grand salon,
avec son tapis central, son "train électrique", ses tableaux au mur ...


Cette rétrospective rassemble environ 420 oeuvres (photographies, dessins, sculptures, etc.)

La nef principale, consacrée au défilé pour le bicentenaire de la Révolution, révèle toute sa grandeur avec son gigantesque train en bois disposé au centre. Dans la partie gauche, une série d'alcôves retracent le parcours de Jean-Paul Goude de façon chronologique, à droite, des salles thématiques (magnifiques photos de son travail de sculpture, mise en scène des affiches pour les Galeries Lafayettes, les automates ...)


Une très belle exposition, à voir et surtout à vivre. Ce sont les derniers jours,
armez-vous de courage pour affronter à la foule, vous ne le regretterez pas !

***

Pour finir quelques croquis que j'ai réalisés lors de l'expo, d'après la fresque des "Minets",
réalisée pour Le Printemps, 1969.



Liens :

Photos : 6 & Marie

07/03/2012

Sweat #42

Sweat chauve-souris en jersey polyester + coton.
Biais sur l'encolure et empiècement sur le bord inférieur.
Il est très doux et confortable.

Patron : adaptation personnelle à partir du modèle burda 127 mars 2011

Modèle : Gab/Photos : 6©

Ce sweat est à vendre - Taille M/L - 50€
Pour le commander, cliquer ici ou écrivez moi à contact@madeby6.com

***

Pour les parisiennes

Venez découvrir en avant première de nouvelles pièces,
voir, toucher, essayer les réalisations et peut-être repartir avec une création"made by 6".

le jeudi 8 et vendredi 9 mars 2012

Le café (ou thé selon les goûts) est offert ;)


Contactez moi pour avoir les infos pratiques (lieu & horaires)
contact@madeby6.com

***

04/03/2012

Pour Léonie et Justine

Gigoteuse en coton à fleurs, doublée en jersey bleu marine,
réalisée en taille 3 mois pour Léonie.

Patron : Burda mars 2011



... et des barrettes assorties pour sa grande soeur Justine.
Les noeuds sont réalisés avec la technique de Mathilde.

Photos : 6©

***


Du bleu pour des petites filles


Pour Léonie et Justine, j'avais ce joli tissu fleuri bleu et du jersey très doux assorti.
Au départ, je cherchais dans mes réserves des tissus dans les teintes de rose
mais je n'en avais pas (il faut dire que ce n'est pas ma couleur favorite).

Alors me vient cette question subsidiaire :
POURQUOI habille t'on les petites filles en rose,  et les garçons en bleu ?
Ma réflexion va plus loin et je me rends compte que cette sexualisation des couleurs
est profondément ancrée dans notre culture (habiller un petit garçon en layette rose
nous paraîtra bizarre) quoique cela tend à changer (on voit apparaître des vêtements roses
pâles pour les hommes depuis quelques années).

En me renseignant sur Internet, je me rends compte que c'est une tradition récente
et qu'autrefois, c'était les garçons qui étaient en rose (ou rouge), et les filles en bleu !
Les origines de l'attribution d'une couleur à un sexe sont incertaines et
donnent lieu à plusieurs hypothèses. J'ai trouvé sur le blog des petites mains,
un super article à ce sujet, dont je vous fait un résumé ici.
Je vous invite à lire l'article completqui est très bien documenté et illustré.
Pendant longtemps, la layette destinée au nouveaux-nés était majoritairement blanche,
pour des raisons symboliques (le blanc est la couleur de la pureté et de l'innocence)
et pratiques (le linge était bouilli, ce qui le décolore).

L'apparition de touches de couleur sous forme de rubans rouges ou bleus remonterait au
Moyen-Age mais il est difficile de déterminer si elles différencient le sexe de l'enfant.
C'est le sens attribué aux couleurs qui nous renseigne alors :
« Au Moyen Âge le bleu est plutôt féminin, à cause de la Vierge, le rouge plutôt masculin,
car il symbolise le pouvoir et la guerre. A partir du XVIe siècle, cela s'inverse,
mais uniquement quand les deux couleurs fonctionnent en couple : le bleu, plus discret,
devient masculin, le rouge féminin, symbolise la vie.»

Dans les années 1860, les procédés de teinture évoluent permettant d'obtenir des couleurs pastels.
Celles-ci, plus douces, correspondent à l'idée de pureté tout en conservant
le couple bleu/rouge permettant de distinguer les garçons et les filles.
Le bleu ciel et le rose pâle sont alors adoptés par les familles bourgeoises.

A partir de 1920, le bébé se sexualise. Le marketing et la presse spécialisée s'empare
de cet archétype bourgeois, qui s'ancrera rapidement dans la culture occidentale
pendant le XXème siècle sous l'influence de la société de consommation,
comme le montre de façon éloquente les photos de JeongMee Youn.

A lire : Les couleurs de notre temps, de Michel Pastoureau

01/03/2012

Les 2 font la paire IV

... et voici l'ensemble short + marinière réalisé pour le concours T&N.

Le principe était de réaliser deux pièces dans un style cohérent,
s'assortissant aussi bien entre elles qu'avec d'autres vêtements de la garde-robe.
Un chouette défi très stimulant pour toute la communauté couture de Thread & Needles.

Photos : Gab©